10 mai 2016

[CR] Marathon de Genève 2016



Par où commencer, à J+2 les émotions se bousculent encore dans ma tête. Je ne vais pas revenir sur l'affaire du camping qui m'a valu trois jours d'antihistaminiques juste avant la course car je ne veux garder que le positif. Mais ce traitement a peut être quand même un peu joué sur la suite...
Enfin bref revenons en cette veille de marathon, nous débarquons avec les miss, mister chéri et little brother à Genève. Après avoir tourné en rond pour trouver un parking (brrr j'aime pô les grandes villes) nous voici enfin sur le village marathon, le soleil est au rendez-vous, des animations sont prévues pour les petits et les grands, des foodtrucks ont été installés pour répondre à tous les goûts, ce village est vraiment un gros point fort de l'organisation genevoise.
Dossard récupéré, je vais chercher le T-shirt que je trouve assez sympa bien q'un peu masculin, juste une coupe femme aurait été sympa.
En regardant le site de la course j'avais craqué sur une visière aux couleurs de la course et on avait convenu avec Cyril qu'il me l'offrirait si je passais la ligne d'arrivée, mais n'étant pas sûr de la retrouver le lendemain il décide de l'acheter avant...Un petit coup de pression supplémentaire?!

C'est le moment de retrouver les copains de la Runnosphère, Laurent avec qui j'ai couru le marathon de Montpellier en relai, et toute sa petite famille, et Philippe et Béatrice rencontrés à plusieurs reprises notamment aux foulées du lavoir (qu'ils ont crée). Nous discutons un peu de la course et nous profitons de l'ambiance festive qui nous entoure.
mini banane lafilleauxbasketsroses et mini banane Lolotrail

Lolo a trouvé son plus grand fan...ou le contraire?!
J'ai aussi une photo banane de moi mais vous ne la verrez pas :p
On profite aussi du décor pour tourner quelques plan au bord de la mer du lac pour la vidéo de Sylvain, puis cette belle journée se termine par un resto,mais il faut bien aller se coucher, la journée de dimanche risque d'être très longue...



Dimanche 6h, le réveil sonne, non ce n'est vraiment pas normal de se lever si tôt un dimanche, je resterai bien sous la couette mais il faut se préparer...Un petit dej' rapido et direction la Suisse, Chêne-Bourg pour être plus précis, là où aura lieu le départ. Tout est vraiment bien pensé, un immense parking couvert et gratuit, une aire de départ bien pensée avec des pipirooms indispensables.
Il est 8h30, le départ est dans plus d'une heure mais j'ai déjà très soif, Heureusement des verres d'eau sont déjà à disposition des coureurs, tout le monde est conscient que cette course va être placée sous le signe de la chaleur... C'est le jeu ma pauvre Lucette, si il avait plu on se serait plaint aussi!
Dans le sas de départ je retrouve Béa puis je fais la rencontre de Marie avec qui j'avais un peu discuté sur les réseaux sociaux. On papote un peu, c'est son premier marathon, on a à peu près les mêmes objectifs.
9h45 (très précisement, on est en Suisse) le départ est donné, je me suis fixé une allure moyenne de 6'30/6'35 par kilomètre pour arriver jusqu'au bout et donc je me force à ne pas partir trop vite.
Avec Marie dossard 419
Les premiers kilomètres passent dans le parc d'un centre hospitalier où quelques patients ont pris place. A ce moment on se dit qu'on a bien de la chance de pouvoir courir...
Ensuite c'est parti pour une belle boucle de 25km à travers la campagne du bassin lémanique, des champs de colza à perte de vue, mas le colza ça ne fait pas d'ombre, j'ai beau boire tous les 2km, j'ai chaud, Je croise la petite famille au 10ème kilomètre, tout va bien, je suis parfaitement dans le rythme, je gère!

jusqu'ici tout va bien (crédit photo Sylvain)
Petit non-conseil: comment éviter le mur du 30ème kilomètre? faites comme moi prenez le au 14ème!
Je ne sais pas pourquoi, d'un coup, plus rien ne va...Je suis obligée de marcher pour ne pas m'arrêter complètement, je ne comprend pas, l'alimentation est OK mais l'envie n'y est pas, on crame littéralement, beaucoup de coureurs marchent déjà, j'essaye de courir un peu mais pfff pas envie...
Au 18ème (oui ça dure longtemps ce coup de mou) je me dis que je ne suis pas venue là pour m'arrêter si tôt, allez go cocotte, objectif: le semi (et si je vous dis que toute la semaine précédent la course j'ai rêvé, toutes les nuits, que j'abandonnais au 18ème...)
Juste avant le semi, je croise Cyril (qui court autant que moi j'ai l'impression) je lui dit que c'est dur, il m'encourage et me dit qu'on se revoit au 26ème, ça me booste un peu, je passe le semi en 2h26, je me dis qu'en me bougeant un peu le popotin, je peux encore accrocher le temps du mont st Michmuch (4h53).
C'est encore loin la mer?
Je recroise Cyril au 26ème je chante "J'ai chaud", je rigole en me disant que je ne dois pas être loin de ressembler à un lapin dans un four à micro ondes!

Depuis quelques kilomètres, la seule technique qui me permet d'avancer c'est de courir 900m et de marcher 100m pour boire,ça m'enquiquine de faire comme ça mais sinon je n'arriverai pas au bout, je rempli mes flasks à chaque ravito (je n'ai jamais autant bu),je profite de chaque douche improvisée et je continue ma rando course... au 30ème les crampes font leur apparition (je m'en serais bien passé...) mais la famille est là et encore une fois ça me pousse à aller plus loin!
la tête des mauvais jours
On quitte les champs pour descendre (200D-) sur la ville, je me dis qu'on aura plus d'air au bord du lac, mais avant il faut passer dans un (très) long tunnel transformé en boite de nuit avec DJ et jeu de lumière. On arrive sur les quais et .... surprise...il fait toujours aussi chaud...zut alors... je passe le 35ème kilomètre en 4h16, je me dit que maintenant j'irais jusqu'au bout même en rampant! Je calcule vite fait qu'il me reste 1h45 pour faire 7km et arriver dans les temps (limite de ce marathon 6h). Mes portions de marche augmentent mais j'essaye de relancer le plus souvent possible même si ce n'est pas longtemps. Juste avant le 39ème, je recroise mes miss (qui doivent en avoir marre d'attendre),
C'est quand qu'on arrive?

Un mojito et un transat s'il vous plait!
dernier coup de boost en ce jour de fête des mères en Suisse. Mais bon le parcours est tel qu'au 39ème on est à moins de 100m de l'arrivée, mais non il faut encore faire un grannnnnd tour en ville (enfin à ce moment là il me parait très grand ce tour) mais l'ambiance me porte à mon petit rythme, des enfants courent avec moi, on m'applaudit, on m'encourage par mon prénom, écrit sur mon dossard, même si j'ai le droit à quelques "Allez Harmony" (le sponsor lui aussi écrit sur le dossard). Un dernier tour sur la jetée, le dernier kilomètre, le pont où à lieu l'arrivée, je tente même un sprint (à la vitesse vertigineuse de 14.5km/h sur 200m) et je double superman (non je n'ai pas d'hallucinations) juste avant l'arche d'arrivée que je franchi en 5h14min37s à la 1375ème place (sur 1475, beaucoup d'abandons et/ou de non départ, car le speaker annonçait 2000 coureurs solo au départ).
On dirait presque que je cours!
Je récupère la médaille tant méritée, heureuse d'avoir été au bout malgré tout!

Et elle est même pas en chocolat!

Il est où mon mojito?


Je sais qu'il va falloir vraiment s’entraîner avant d'en refaire un (Toulouse?), un marathon ça ne s'improvise pas et je suis allée un peu trop en dilettante à celui-ci.
Une dernière photo finish avec la Runnosphère et il est déjà temps de penser à de nouveaux objectifs plus ou moins lointains.

La dream Team


La vidéo de ma course
Ici
Vous pouvez aussi retrouver les CR de
*Lolotrail
*Philippe et Béa
*Marie
Rendez-vous sur Hellocoton !

22 commentaires:

  1. coucou Marie merci pour ce beau récit plein d'humour et de courage de très belles photos ! encore bravo nous penserons encore plus fort à toi pour le prochain gros bisous des Trucidiens .

    RépondreSupprimer
  2. BRAVO a toi, j'ai fait celui de Nice-Cannes est j'ai beaucoup souffert de la chaleur aussi . Le mur etait au 17eme km pour moi, mais je suis un battante comme toi et j'ai obtenu ma belle médaille.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci :) encore bravo pour le tien un autre en préparation?

      Supprimer
  3. Tu as eu pas mal de soucis qui t'ont surement un peu freiné dans ton élan cet été et tu n'as pas fait la prépa du siècle non plus, alors bravo pour être allé au bout alors que tu envisageais de ne faire peut être que le semi...si tu comptes faire Toulouse, prends en compte la chaleur qu'il peut y faire en septembre, j'y ai couru plusieurs fois dont un semi mémorable avec une arrivée totalement dans les choux tellement j'y ai eu chaud (coach-chéri a eu la trouille de sa vie en me voyant arriver) , pourtant je vis plein sud depuis 9 ans ;o))
    Sinon la rochelle c'est bien aussi jdcjdr
    Merci de nous avoir fait partager ta course marie, je suis contente que tu ai pu décrocher ta médaille de finisher, car comme tu dis, les abandons sur ce format il y en a la pelle, parfois même assez tôt quand le coureur voit qu'il n'atteindra pas son objectif chrono..re-bravo pour ce marathon !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci merci merci :)
      et pour les bons conseils aussi! Je sais pas pourquoi celui de la rochelle ne me tente pas mais sans aucune raison apparente!
      Pour Toulouse je note il est le 23 octobre cette année il fera peut être un peu moins chaud et il aura une saveur particulière dans une ville avec beaucoup de souvenirs pour moi...

      Supprimer
  4. C'est important le mental, en course comme en montagne, hein? :)
    Bravo à toi, tu es la meilleure !!!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. exactement! et comme en montagne on n'en voit jamais la fin :p
      Merci

      Supprimer
  5. Bravo pour ta performance et ton abnégation !!!
    Je dois courir mon premier marathon en septembre à Tours, j'espère avoir un aussi bon mental que toi ... ;-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci! Bon courage pour celui de Tours il parait qu'il est très agréable !

      Supprimer
  6. Bravo Marie pour le courage dont tu as fait preuve ! Je te tire mon chapeau. Et merci pour ton compte rendu plein d'humour ! Maud

    RépondreSupprimer
  7. Bonjour! J'ai lu quelques récits de marathon sur différents blog mais le votre résonne différemment pour moi, parce que je l'ai fait ce marathon et c'était mon tout premier! Tout ça à quelques km de chez moi :-)
    Ah ce Colza...légère overdose après 32 km ;-) Et la chaleur m'a aussi fait mal aux jambes, pas de crampes pour moi mais tous les muscles hyper contractés dès le 20ème.... Et j'ai découvert qu'on pouvait courir avec la tête, mes jambes refusaient de repartir après chaque ravitaillement, mais je n'avais pas enduré tout cet entrainement pour écouter mes jambes, mon neveu et ma nièce m'attendaient à l'arrivée, hors de question de les faire attendre trop longtemps :-) Bref, j'ai passé ma première ligne d'arrivée d'un marathon en pleurant (de joie, de soulagement,....). Je me réjouissait de voir les photos prises par l'organisation, mais pourquoi est-ce qu'elles ont toutes été prises dans le dernier km? au début je souriais ;-) Bref merci pour votre récit, je ne lirai plus ces récits de la même façon parce que depuis dimanche, je sais ce que c'est un marathon! :-) Bravo pour votre course et Bonne récupération!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bravo pour ton marathon et bienvenue ici Nathalie ! Et surtout merci :) je me suis fait la même réflexion sur les photos de l'organisation !

      Supprimer
  8. Suite à tes pépins les mois précédents, moi je dis chapeau ! Tu l'as fais, c'est l'essentiel.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Élodie ! C'est vrai que c'était pas gagné d'avance ^^

      Supprimer
  9. Bravo ma belle! Tu gères la fougère!!!!!
    La chaleur ce n'est jamais facile a gérer!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci!! J'ai bien pensé à toi et a coco quand il me restait "plus que" 10km ^^

      Supprimer
  10. Félicitations !! première fois que je lis le blog (lien via mamans testent) et j'en ai eu les larmes aux yeux. Tu peux être fière de toi !!!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci beaucoup Mélanie! Et bienvenue ici ;)

      Supprimer
  11. http://anamarunslowly.over-blog.com/30 mai 2016 à 11:47

    Aaaah....quand les jambes se figent façon Robocop et que le mental veut avancé coûte que coûte, je me suis bien reconnue dans ton récit.
    En plus avec la chaleur, BRAVO !

    Ana

    RépondreSupprimer