28 août 2015

Portrait de Valmente



Un joli Friday portrait que voilà, si vous suivez les réseaux sociaux et que vous courez, il y a peu de chance que vous ne connaissiez pas Valmente, si ce n'est pas le cas, venez vite lire la suite! Et si vous la connaissez venez aussi lire la suite je suis persuadée que vous allez découvrir plein de choses!

*Quand as-tu commencé à courir ? 
Je ne me rappelle plus tellement l’année exacte où j’ai commencé la course à pied (en dehors des cross scolaires) :  peut-être il y a environ 30 ans (aie !) le jogging commençait à se faire connaître : fini le footing uniquement dans les parcs ou sur un stade pour l’échauffement mais on pouvait désormais courir, pardon jogger dans la rue. Je me rappelle que les premières fois j’avais un peu honte de sortir en tenue de sport dans les rues pour courir comme ça "sans but" , j’avais l’impression que tout le monde me regardait ^^ Maintenant aucune fille ne se poserait de telles questions et personne ne lui en poserait :) J’ai rapidement lu des magazines pour mieux apprendre à courir et surtout essayé de dépasser quelques minutes de course d’affilées (ah la 1ère fois où on atteint les 30’) sans être essoufflée à en mourir car c’est pas top sur un trottoir.
Je pratique donc le jogging depuis longtemps mais mon sport de prédilection (et compétitif) fut plutôt le cyclosport pendant 10 ans, la course à pied venant en entretien hivernal ou en complément.
J’ai pas mal pratiqué la randonnée et c’est comme ça que j’ai rencontré des gens qui couraient sur les sentiers notamment en montagne (les fous !) ; je ne savais pas alors qu’un jour ...

*La course dont tu es la plus fière? 
Jusqu’en 2014 je n’avais fait qu’une seule compétition : un 10km dix ans plus tôt, c’était sympa, j’étais facile car je courais lentement mais je n’ai pas attrapé le virus de la compétition.
Mais la course dont je suis la plus fière jusqu’à présent c’est ma première fois en trail : une rando à allure libre de 40km dans les coteaux de vignobles bordelais, terrain détrempé, forêt boueuse, un millier de randonneurs mais moi j’ai couru ! c’était autorisé et je n’avais jamais couru aussi longtemps de ma vie surtout sur des sentiers ! J’étais devenue traileuse sans le savoir ! j’ai mis un peu plus de 6h ! plus de cuisses ni de mollets mais quel bonheur ! surtout après 15 mois d’arrêt du sport pour cause de sciatiques à répétition. Je ne pouvais recourir que depuis 2 mois par petites séances de 30’. Ce fut une révélation, non une véritable résurrection ! 

*Une déception ?
J’aimerais pouvoir faire mieux : courir plus vite quoi :) Mais je sais que je progresse malgré tout et que surtout je ne m’imaginais pas un jour faire tout cela ! L’on doit me rappeler de temps à autre d’où je suis partie et ça me fait du bien. Malgré tout une chose est sûre c’est une chance de vivre tout ça ! Je choisis en plus souvent de trails qui durent quelques heures, car étant lente, cela me convient bien, je ne me crame pas.
J’ai eu néanmoins une déception cette année lorsqu’à l’arrivée des 40km du Trail du Ventoux il n’y avait plus d’arche d’arrivée pour m’accueillir (et je n’étais pas la dernière ni hors délais) tandis que les chronométreurs étaient restés à l’intérieur de leur tente (j’ai dû aller les chercher). Ce trail était particulièrement difficile (avec des conditions météo particulières) et c’était pour moi un test important : le finir sans être à l’agonie me permettrait de poursuivre ma quête de beaux défis. Cette histoire d’arche m’a un peu gâché ma joie de finisher.
Lago Roca en Patagonie
*Ton meilleur souvenir de course à pied?
J’en ai beaucoup car j’adore la photographie alors mes plus beaux souvenirs de course à pied je les immortalise avec mon smartphone : ce sont les paysages de l’Auvergne au Ventoux ! mais ce sont aussi ceux qui ‘accompagnent dans mes sorties longues à la Rhune si magique et à la Dune du Pyla tellement féerique. 

*Pour toi courir c’est 
une chance, une chance d’avoir la santé, l’envie de relever des défis et de cultiver le goût de l’effort.

*Ton lieu idéal pour courir? 
 " Ma" Dune du Pyla : le Paradis même - lieu irréel dominant la forêt et l’océan - terrain d’entraînement ardu qui se mérite mais à défaut de neige ou de montagne sa difficulté est un atout pour la traileuse bordelaise que je suis.

*Un toc avant course?
Je regarde lune vidéo qui me motive celle sur l’interview de Gilles Spagnol (« papa, dessine-moi un trail »)

*Un(e) sportif(ve) que tu admires 
J’en admire beaucoup ! mais s’il me faut en citer : je dirais Nathalie Mauclair que j’ai eu la chance de rencontrer deux fois et qui après nos échanges m’a donné une photo dédicacée qui me touche beaucoup ! Elle est très abordable et simple. Je l’admire car elle arrive malgré tout à être une immense championne (du monde !) en conciliant sa vie personnelle, sa vie professionnelle et sa vie de sportive. Elle excelle en montagne et pourtant habite et s’entraîne dans la Sarthe : épatante ! 
Et puis j’apprécie beaucoup la mentalité et la démarche quasi philosophique de Stéphane Brogniart quant à sa pratique du trail que j’ai justement découvert au travers de tes interviews. Des messages pleins de force, de sincérité  et d’humilité qui me " parlent" énormément, un bel exemple également.

*Le coureur/traileur avec qui tu aimerais partager un moment de course?
J’aimerais bien partager un moment de course avec Dawa Sherpa : c’est mon jumeau en plus :D (si c’est pas un signe du destin ça !), c’est pour moi un traileur mythique, une véritable légende.

*La course (existante ou non) qui te ferait rêver? 
Je rêverais de pouvoir faire une course en étapes : un voyage en courant = la symbiose de deux de mes grandes passions.

*Un projet sportif pour la fin 2015 ?
Sur le plan des compétitions, je finirai mon année sportive par les 34km du Trail du Sancy : ce fut mon 1er trail de montagne et j’ai envie d’évaluer les progrès réalisés en un an et après 5 dossards cette année. Une sorte de course bilan. 
Quant à mon ou mes projets sportifs d’ici la fin de cette année c’est surtout continuer à faire de belles sorties en nature, en découvrant de nouveaux lieux, parfois à deux pas de chez moi, parfois à quelques heures de voiture.
Pic du midi d'Ossau
Petit portrait chinois
Si tu étais
*un animal une panthère ! oui car mon kiné me demande toujours d’essayer d’être féline quand je cours ! j’essaie j’essaie ! fluidité, relâchement, légèreté euh …grrrrr  :D
*un accessoire de course à pied 
mes chaussures, mes Hoka One One chéries ! elles savent me préserver et me font voler ! (enfin faut y croire)
*une chanson 
 la BO de Rocky ! nan je rigole ! ! ! "Attendre" de Céline Dion : oui cette fois je ne plaisante pas ! 
*un livre 
la grande course de Flanagan - histoire captivante et tous ces destins qui se croisent pendant cette Trans América. 
*un objet 
mon vélo car il m’a appris la dure leçon de l’endurance et de la patience dans l’effort mais aussi le dépassement de soi. Mais j’aimerais ajouter sur un pied d’égalité mon appareil photo, c’est l’une de mes autres passions, elle m’apporte un regard différent sur ce(ux) qui m’entoure(nt) et me permet de sublimer le quotidien. 
NB: vous pouvez retrouver toutes les superbes photos de Valmente ici http://www.fluidr.com/photos/missvalmente/sets
*un film Bienvenue à Gattaca (j’adore les films d’anticipation qui font réfléchir, pas le style Avatar quoi, oups !)
*un lieu 
n’importe où là où je peux admirer un lever de soleil (j’ai toujours préféré l’aube au crépuscule).
* un plat 
le pain perdu, je me damnerai pour ce dessert, mais aussi pour des gaufres liégeoises, une polenta à la fois moelleuse et dorée, un risotto onctueux au mascarpone, un couscous kefta et aux fèves, un … stop ! 

*Un dernier mot pour finir ?  un seul ? impossible pour la bavarde que je suis :) 
Je pourrais finir par l’une de mes citations préférées une "quote" puisqu’elle est en anglais : « But the Journey is the Reward. » (NDLR: "Mais le voyage est la récompense")

Mais je voudrais plutôt en profiter pour faire une mention spéciale à :

Apostolos - Je l’ai croisé sur Twitter fin 2013 (et IRL en mai 2014) et ce sont ses talents de photographe qui ont attiré mon oeil (de photographe aussi). Et puis il a fait cette ascension de Kilimandjaro et puis chaque samedi ou presque le tour complet en courant des boulevards de Paris … Epatée, j’ai donc décidé de lui envoyer un mail pour lui demander des conseils. Nous sommes début mars 2014, je viens de reprendre le running après 15 mois d’arrêt. Et sa généreuse réponse (il est aussi bavard que moi !) fut pour moi le déclencheur qu’il me manquait : oser ! essayer ! se lancer ! 
Surtout ne jamais se dire "c'est pas pour moi , j'y arriverai pas ! TOUT EST POSSIBLE  :) » (Evangile selon Apos, Livre I, chapitre II, verset 299) 
2 semaine plus tard je bouclais mon 1er 40km dans les vignes.
Alors oui "tout est possible" mais celles et ceux qui me connaissent savent que je vais compléter ce leitmotiv : oui, "tout est possible, à condition de bien s’y préparer" :) 

Merci à toi Marie de m’avoir proposée cette interview - je suis très flattée d’avoir été choisie pour le portrait du vendredi « tous runners ». Et bravo aux courageux qui ont réussi à tenir et à me lire jusqu’au bout ! 
Rendez-vous sur Hellocoton !

3 commentaires:

  1. Alala sacré Valmente ! Très jolie interview, cela permet d'en savoir un peu plus sur ce personnage bien sympathique. Merci.

    RépondreSupprimer
  2. Sympa de découvrir Valmente ici :)

    RépondreSupprimer
  3. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

    RépondreSupprimer