3 avr. 2014

Le portrait d'Eric




Un blog avec un nom super sympa (Le coureur du milieu)
Un coureur tout autant sympa
Donc un portrait très sympa!
Enjoy

Pour commencer petite présentation rapide.
Marié, avec deux grands enfants, j’habite sur le plateau de la Dombes à deux pas de Lyon. Epicurien je sais aussi apprécier un bon vin ou un bon havane avec un cognac entre amis. Il y a deux ans je crée un petit blog sans prétention « Le Coureur du Milieu » et choisit un pseudo « Runslow ». Je crois que toute ma philosophie de course est résumée dans ces deux noms.

Quand as-tu commencé à courir ?
Il y a moins de dix ans. A l’époque je courais seul le dimanche sur les bords de Saône. La première fois que j’ai fait 3 kms j’avais la sensation d’être le roi du monde ! Puis un jour j’ai tenté de prendre un dossard et là tout s’est enchainé, premier semi, premier trail...
En 2008 sans entrainement particulier je deviens marathonien. J’ai l’impression  d’être au summum, mais que nenni ! Je rentre alors dans un club et avec cette nouvelle dynamique je deviens centbornard.  N’étant pas un coureur rapide Je prends conscience à ce moment-là qu’il faut que je m’oriente sur du long.
Voilà, comment créer une addiction aux Ultras.

CCC
Quelques compétitions à ton actif?
Je participe à une moyenne de 25 courses par an et j’ai entre autre à mon actif :
Plusieurs Marathons, les 100kms de Millau, Les Coursières, La 6000D, Le Trail de Verbier St. Bernard, Les Templiers, la CCC, la SaintéLyon, etc.… et plusieurs 24 heures, avec un record personnel à 180 kms (top 100 national)

Ce dont tu es le plus fier?
Même si je suis très fier d’avoir bouclé quelques courses de renom, ma fierté principale est d’avoir réussi ma première moitié de vie (soit, un demi-siècle) tant au niveau familial que professionnel.
Ça aussi c’est du sport !

Une déception.
Mon premier abandon sur un trail. Je sais que cela nous forge le mental et permet de rebondir mais c’est toujours frustrant de se faire décrocher un dossard. Je pense que la vraie déception sera lorsque je ne pourrai plus courir, comme si l’on vous décrochait votre dernier dossard et que tout est fini.

Pour toi courir c’est

« Aller d’un point A à un point B ». Regarder au loin et se dire : Tu vois la montagne là-bas, et bien je vais y aller ! Etre capable de le faire et de sentir une sorte de fierté, une petite victoire juste pour soi-même. Courir c’est aussi une séance de detox, histoire d’éliminer les toxines et les excès alimentaires ou mentaux de la vie de tous les jours. Surtout devenir plus fort mentalement face aux moments difficiles. 

Ton lieu idéal pour courir?
J’aurai tendance à dire dans le massif des Monts d’Or, superbe terrain de jeux à quelques km de chez moi. Mais dès que je voyage je glisse toujours une paire de baskets au fond de ma valise et j’affectionne tout particulièrement de découvrir les lieux, les villes et les gens en courant.

Une phrase ou une chanson que tu te répètes dans les moments durs
« Mais bon sang qu’est-ce que je fous là ? » (Pour rester poli). Je sais et je me répète toujours, que tout n’est que passage et que tout à une fin. Sur un Ultra qui dure des heures, le mental prend souvent le dessus sur le physique, il faut vraiment trouver les bons mots et des pensées positives pour se réconforter.

Un(e) sportif (ve) que tu admires
« Le sportif du dimanche » Non, pas celui en survêt devant sa télé, mais celui qui se bouge peu importe le sport. Et si il faut absolument mettre un nom je dirai que j’aime bien les gens comme Dawa Sherpa pour sa philosophie et son rapport à la course à pied 

Templiers
Ton accessoire sportif indispensable?
Je ne suis pas fétichiste. J’ai toujours avec moi un vieux chrono que je regarde rarement, je cours toujours aux sensations (je ne suis même pas sûr que je m’apercevrai du jour où il n’aura plus de piles).
L’accessoire indispensable est peut être une bonne paire de chaussures, le reste est accessoire même si l’on n’y attache parfois de l’importance. Les marques nous tentent avec un marketing toujours de plus en plus présent.

La course existante ou non qui te ferait rêver?
Je n’ai pas vraiment de rêve pour l’instant, mais la course qui me faisait rêver existe bien il s’agit de « La 180 » Un concept très original organisé par des potes de course à pied.
Après des années à visionner les vidéos, en 2012 je me décide à prendre le départ avec eux. Le but de cette course atypique est de partir de Lyon en off (avec un groupe de vingt coureurs) pour rejoindre St. Etienne par les chemins soit 70 kms afin de prendre le départ de la mythique SaintéLyon à minuit en compagnie de 12 mille allumés, soit de nouveau 70 kms dans l’autre sens. 140 bornes d’un plaisir dingue ! Si ça ce n’est pas un rêve !

Un projet sportif pour 2014
J’ai la chance cette année d’avoir été sélectionné pour courir autour du Mont Blanc par les sommets, je veux bien sûr parler de l’UTMB. Cette course est une sorte de graal dans la « carrière » d’un trailer. Je ne finirai peut être pas mais toute la préparation des mois avant procure beaucoup d’adrénaline. Réponse fin aout.

Un dernier mot pour finir ?
Monthou express
Courir, est et doit rester un plaisir. Peu importe le défi que l’on se fixe, il y en a toujours un qui est à notre portée et qui est susceptible de nous apporter des sensations et des petits instants de bonheur à graver dans notre boite à souvenirs
Rendez-vous sur Hellocoton !

5 commentaires:

  1. Encore un portrait qui me laisse réveuse et très admirative :)

    RépondreSupprimer
  2. J'ai eu le plaisir de courir avec Eric (enfin essayé de le suivre) lors d'une reco d'une course qu'il organise avec son club. C'est un gars vraiment sympa, qui transmet sa passion aux autres. Malgré le fait qu'il participe à des courses prestigieuses, il reste d'une simplicité bluffante.
    Je vais suivre avec attention son aventure sur L'UTMB

    RépondreSupprimer
  3. Waouh ! Ce mec a l’air vraiment cool !
    Blague à part, encore merci à toi Marie de m’avoir permis d’être dans ta rubrique « Tous runners » où se côtoient des champions et des anonymes comme moi. Finalement, une situation semblable à un départ de course officielle où tout le monde trouvera son plaisir. Et du plaisir on en trouve aussi sur ton blog avec toutes ces petites tranches de vie.
    Pourvu que ça dure !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci à toi de t'être prêté à ce petit jeu des questions-réponses

      Supprimer
  4. je le connais peu, mais chaque fois je prends un reel plaisir a le croiser sur une course ou a reyrieux
    un vrai passionnée et quel gentillesse
    bon courage pour le mont blanc

    RépondreSupprimer