18 oct. 2013

Le portrait déjanté de Nolwenn

http://lafilleauxbasketsroses.blogspot.com/2013/10/le-portrait-dejante-de-nolwenn.html

Alors cette semaine un portrait d'une personne complètement........folle! non je rigole!
Elle a un blog complètement déjanté à lire ici, une belle rencontre virtuelle et réelle (et dire qu'on était chaque week end à courir à une quinzaine de kilomètre l'une de l'autre sans jamais se croiser!!!)
Maintenant expatriée à l'autre bout du monde (oui oui dans l'Aveyron!) elle ne va pas réussir à me semer comme ça! 

*on commence classique: petite présentation
Nolwenn, 27 piges, félin à forme humaine, guerrière du Chaos et expatriée perpétuelle ! En fait j’ai pas vraiment de patrie mais j’espère que ça viendra. En dehors du run, animalière et dévoreuse de bouquins (steampunk surtout, fantasy pas trop conne & fantasy urbaine, pour les grandes lignes).



*quand et pourquoi (et après qui) as-tu commencé à courir?
Juin 2005. Je courais après le sommeil, je dormais mal. L’ironie du sort c’est qu’aujourd’hui, j’adore courir, mais pour m’endormir c’est toujours le parcours du combattant, et une feuille de papier qui glisse du bureau me réveille… Ouais, le sommeil léger léger. Par contre, m’endormir en trois secondes dans ma voiture pendant ma pause midi, dans une position défiant les lois du confort alors que la pluie tombe sans discontinuer sur le toit et le pare-brise en faisant un barouf pas possible, c’est ma spécialité. Je cherche plus à comprendre, je rattrape mon sommeil comme ça.   

*tu préfères courir ou les tatouages?
Ah ah… Petite rigolote, tu veux me faire perdre la boule. Je préfère courir. Courir c’est se construire, monter une sorte de rempart physique et mental autour de soi. Devenir intouchable, autant que possible. Le tatouage, c’est les graffitis qu’on mettra dessus et qui annonceront ce qu’il y a à l’intérieur. Mais on fait de meilleurs graffs sur un mur solide !
Ceci dit, je me tâte à m’offrir une machine à encrer. Je pourrai me faire moi-même mes tatouages, en imaginant que j’y arrive (la peau c’est pas la même que du papier quand même… ).

*tu préfères un evil Koala ou un panda tout mignon?
L’Evil évidemment ! Si ça vient des enfers c’est sur mes terres.

*tu préfères terre ou bitume?
Hu hu… et même hu hu hu. Et bien, j’aime alterner. Même si en ce moment j’aime surtout le bitume. Mais j’aime les deux. Le goudron c’est pour le chrono. La terre c’est un entraînement de résistance à la fatigue. Elle te rend pas ton énergie. Tu te bats pas pour la même chose, pas de la même façon. Je m’épuiserai mentalement à ne faire que l’un ou l’autre. Après, je trouve que le bitume est réduit à une image négative : une course chiante, droite et plate, dans laquelle on se fout du décor. Alors qu’il y a autant de courses sur route différentes que de trails. Tu peux avoir du bitume entouré d’un super panorama. Ou un trail dans un bois un peu bof. Tu peux découvrir une ville en la courant, la course urbaine est trop souvent dénigrée alors que l’appellation trail est sensée être gage de beauté et de nature intacte. Nature intacte dans laquelle un paquet de connards balanceront leurs gels. 

*tu préfères Priscilla ou Stéphane Brogniard? (si vous ne savez pas qui est Priscilla venez lire cet article)
croquis réalisé par Nolwenn pour l'original cliquez sur ce lien
Stephane B., définitivement. Le Vosgien sauvage. L’ultimate force. Lui j’ai pas envie de lui défoncer la mâchoire avec ses propres fémurs. Il correspond bien à l’un de mes adages : « N’acceptez aucun compromis, vous êtes tout ce que vous avez. » (Janis Joplin) J’adore le voir saccager son sac The North Face que la moitié du monde connu lui envie pour le façonner à ses besoins. http://www.thenorthfacejournal.com/enduro-13-ca-cetait-avant/

Même des Bosses et des Bulles en avait fait de supers illus ! http://desbossesetdesbulles.blogspot.fr/2013/04/stephane-brogniart-litw-no-limit.html

D’ailleurs l’affiche d’Un pas après l’autre je m’en remets pas, j’hésite à traquer ce fameux Mathieu pour me nourrir de sa moelle dans l’espoir de lui aspirer son talent.

*tu préfères le Berry ou l'Aveyron?
J’ai envie de te dire Berry, là tout de suite comme ça. Parce que j’ai pas fini ce que j’avais à y faire en terme de course à pied, et que ça me travaille. Parce que les Aveyronnais, jusqu’ici, sont particulièrement désagréables, font la gueule, font deux fois plus la gueule quand ils comprennent que t’es un étranger (un non-Aveyronnais de naissance quoi) mais pas un touriste. Mais bon, ils sont pas tous comme ça… déjà y a mes collègues, forcément, ils m’ont choisie, ils m’ont fait venir, c’est bien qu’il y a de l’espoir… sont pas tous cons. En plus j’ai cru repérer du poilu comme j’aime ! J’espère que c’était pas un mirage à cause de l’acclimatation difficile et du manque d’oxygène… Bref, Berry quand même, mais ma réponse est peut-être un peu précipitée et dictée par la haine.

*tu préfères Jaime Lannister ou Hal Jordan?
Jaime Lannister. Mais me spoilez pas je suis en train de lire la troisième intégrale alors je sais pas encore qu’il va se faire couper la main ! (Je ferai semblant d’être surprise quand ça arrivera quoi… )
Une éthique douteuse mais pas un lâche. Aucune morale.
Hal Jordan est un peu trop propre pour que je m’y attache. Côté lanterns, mon cœur penche pour les rouges.

*tu préfères le stress d'avant course ou la pression (blonde) d'après course?
Je préfère la course elle-même, mais à choisir du coup, la pression d’après ! Le stress d’avant si j’arrivais à m’en passer ce serait bien volontiers. En fait j’ai deux stress distincts avant la course : la peur d’être nulle, et le stress logistique (« faut que je trouve la bonne adresse, et s’ils avaient oublié mon dossard ? etc). Le second se résout tout seul dès que j’ai mon dossard. L’autre est un moteur qui m’évite de baisser les bras.

*bon j'arrête mes "tu préfères", la course existante ou non qui te ferais kiffer?
Mmmmh… Pour les courses existantes, tu dois avoir quelques idées, j’en avais fait un petit article, même si j’en avais choisi cinq. Mais imaginer une course inexistante, voire impossible, ça me plaît. Faudrait qu’elle relie des bâtiments importants, historiques, religieux, des champs de bataille mais pas des trucs pompeux type Versailles ou l’Elysée hein… (ou le Vatican… ptain la débauche de dorures Louis Pompom… )
Nan des trucs vraiment classes. Le problème c’est qu’ils sont tellement éparpillés aux quatre coins du monde qu’il faudrait des dizaines de milliers de kilomètres, ou des portails de téléportation. On pourrait se faire les escaliers de la Sagrada familia en Espagne puis traverser Ankhor Vat… Le tout avec des reconstitutions permanentes pendant qu’on court : genre on débarque sur le site de la bataille de Verdun ou Waterloo, et la guerre se joue en même temps. On passerait en courant et en sueur pendant des messes en traversant des églises, entre des rangées de croyants. On traverserait différents lieux, époques et évènements. Et même des trucs pas réels comme des scènes de films ou de livres. On s’arrêterait pas admirer mais ce serait pas une course pour le chrono, c’est sûr. Ce serait tellement le bordel ! Y aurait aucun répit. On sortirait d’une galère pour mieux plonger dans la suivante, sans savoir où ça se termine.
Et y aurait des parties enneigées bien évidemment. Christmas Town pourquoi pas ? (le village de Noël dans l’Etrange Noël de Monsieur Jack)

*le mantra que tu te répètes quand tu galères pendant une course?

Quand je pense encore de manière intelligible, je me souviens de « Jamais je ne cède ni n’abandonne » que dit Batman dans un des comic-books (pas dans ces vilains films qu’on nous pond). Mais une fois franchie la barrière d’une pensée construite, j’enchaîne un nombre incalculable de « putain allez ! putain allez ! putain allez ! » particulièrement hargneux. A partir de là, y a plus rien à tirer d’autre de mon cerveau jusqu’à l’arrivée.
Sinon j’ai une chanson magique grâce à laquelle je traverserai mille tourments sans sourciller mais je la tiens secrète ! Mwahaha !

*A part Stéphane B. avec quel sportif aimerais-tu participer à une course (juste pour le mettre minable)?
Comment ça « à part Stephane B. » ? Pourquoi je peux pas le choisir ? Je suis même volontaire pour qu’il me mette minable ! J’en couinerai même de joie (après avoir vomi dans une ultime montée).
Je peux choisir de me faire défracter au tennis pas Nadal sinon ?
J’ai envie de prendre cher oui… et en plus je sais pas quel sportif choisir que je pourrai mettre minable… mais éthiquement ça me dérange pas.

*Un mot pour finir?

« En général, je réponds merde, ça colle avec tout. » (Leodagan)

Merci Nolwenn je me suis autant amusé à écrire les questions qu'à lire tes réponses et surtout regarder tes photos (je rappelle qu'un Nolwennthon pour un appareil photo digne de ce nom est en cours car je vous ai mis les photos les mieux, hein!)
Et Nolwenn, promis la prochaine course à Christmas Town je la fait avec toi (en grande fan du film je connais toutes les rues!)
Au fait, je boude jusqu'au jour où je connaitrais la chanson magique alors dépêche toi de me le dire, ça serait con de pas se voir le week end prochain^^
Juste une photo bonus car je la trouve trop belle

Rendez-vous sur Hellocoton !

3 commentaires:

  1. raahhhh j'adore décalé et déjanté .... bref Nolwenn quoi :)

    RépondreSupprimer
  2. Ralala cette Nolwenn ! On ne s'en lasse pas !

    RépondreSupprimer
  3. Super portrait d'une personnalité vraiment très riche. Mais on commence à la connaître maintenant notre Nolwenn. Et c'est bien plaisant !

    RépondreSupprimer